Les règles de Money Management

Un opérateur intervenant sur les marchés financiers à l’aide de l’analyse technique doit gérer ses positions en recourant au money management. En effet, en moyenne, les positions perdantes sont plus nombreuses que les positions gagnantes. Il s’agit donc de les clôturer rapidement. La mise en place d’un money management justifie, à lui seul, l’utilisation de l’analyse technique en tant que véritable outil d’aide à la décision.

Règles de base :

LIMITER LES PERTES
LAISSER COURIR LES GAINS

REWARD / RISK >= 2

Le stop

Le money management a pour but de gérer les pertes (et les gains), de les maîtriser, afin qu’une série de pertes consécutives ne soit pas fatale à un portefeuille. Ainsi, dès l’ouverture d’une position, il faut placer un STOP DE PROTECTION afin de limiter le montant des pertes. Ce stop est placé sous le niveau d’achat ou au-dessus du niveau de vente en fonction d’éléments techniques tels qu’un support ou une résistance, ou financiers telle une perte tolérée de 5% sur la ligne.

Ensuite, lorsque la position s’avère gagnante, le stop doit être réajusté. Dans le cas d’un achat, le stop doit être remonté. Dans le cas d’une vente, il doit être rabaissé afin de bloquer un certain niveau de gain. Dès lors nous parlons de TRAILING STOP.

Les gains

Les intervenants sur les marchés financiers ont une fâcheuse tendance à couper leurs positions gagnantes trop tôt, et inversement, à laisser amplifier le montant de leurs positions perdantes en utilisant les moyennes à la baisse. Le money management au contraire, par le positionnement d’un stop évoluant avec la performance du titre, maximise les gains en laissant courir les positions gagnantes et minimise les pertes en coupant les positions perdantes. Il faut donc LAISSER COURIR LES GAINS.

Le Risk/Reward ratio

Avant de s’exposer au marché, il faut se demander si la positon que nous souhaitons prendre en vaut la peine ; d’où l’analyse de son « REWARD / RISK RATIO », ou « R/R ». C’est le ratio du gain espéré sur la perte éventuelle calculé de la manière suivante :

Dans le cas d’un achat : R/R = (Objectif – Entrée) / (Entrée – Vente Stop)

Dans le cas d’une vente : R/R = (Entrée – Objectif) / (Rachat Stop – Entrée)

Par ailleurs, nous recherchons de préférence des opérations présentant un R/R minimal de 2. Ce niveau signifie que, dans le cas favorable où le scénario anticipé se réalise, la plus-value escomptée (objectif – entrée) est deux fois plus importante que la moins-value (entrée – vente stop) qu’entraîne l’invalidation du scénario. Les positions présentant un R/R inférieur à 1 ne seront pas prises, le risque étant considéré comme trop important.

La notion de stop de protection

Une opération de trading ouverte qui débuterait par un gain ne peut se solder par une perte. Un stop de protection ou « trailing-stop » » doit absolument être mis en place. Il correspond à l’assurance d’un gain une fois la position ouverte. Le stop de protection doit être envisagé lorsque le gain latent sur la position, égale, au moins, l’équivalent du montant de la perte du stop initialement prévu.

Dans le schéma ci-dessus, la perte prévue par le stop (a-b), est reportée au-dessus du cours d’achat et devient un premier niveau de stop de protection. On peut continuer ainsi avec la poursuite de la progression du support. Certes, l’application du stop de protection peut être évidemment élaborée par l’analyste technique.

 

Opinion concrète

Il y a la théorie et il y a la pratique. Tous les traders de la planète prennent de temps à autre le large par rapport à la théorie. Il est pratiquement impossible dans la réalité de ne pas enfeindre les règles de money management. En plus, elles sont parfois nuisibles sur un plan statistique. Il a été démontré qu'elles génèrent d'énormes manques à gagner, réduisant parfois à néant la rentabilité de certaines stratégies. La contrepartie qu'elles apportent, c'est essentiellement d'éviter la ruine à l'opérateur. Je crois que le point essentiel qu'il faut saisir, c'est qu'un trader doit développer un énorme instinct de survie et ne pas laisser le hasard décider de son maintien dans le jeu du trading. Quand on trade sur les CFD, avec l'effet de levier offert facilement, qui monte parfois à 100, la survie est primordiale. Sentir si la position qu'on porte est juste un peu bancal ou si elle a le pouvoir de nous tuer, est capital.

Il faut connaître le money management pour jauger ce qu'on fait. Le money management apprend à regarder son action et ses risques. Evidemment, quand on débute, qu'on est au niveau de se former à la Bourse pour les nuls, savoir comment jauger si on est au delà de la ligne rouge ou non, est juste impossible. Cela requiert de l'expérience et des erreurs avant de savoir. Il faut tâtonner.

C'est en cela que le marketing des courtiers commerciaux comme Xforex est dangereux. Il laisse supposer que les outils et la raison, genre les raisonnements rationnels du money management..., vont faire gagner en bourse. Il laisse supposer que le trading est une connaissance. C'est totalement faux. Le trading est une expérience qui englobe un aspect intellectuel avec du hasard et des émotions. Gérer l'incertitude, aucun outil ne pourra jamais vous prémunir d'un résultat négatif ou de la ruine. Seuls les robots de trading qui jouent les probabilités ou le génie humain le peut.